Le 21 avril 2018

Le président de l’Équipe du renouveau démocratique et membre fondateur, M. Léonard Gagnon, tire sa révérence. Il cède sa place à M. Marcel-Olivier Nadeau. 

Le 5 novembre 2017

La chef de l’Équipe du renouveau démocratique, Mme Josée Néron, écrit une page d’histoire en devenant la première mairesse de la Ville de Saguenay. Elle récolte près de 50 % des voix. De plus, le parti réussit à faire élire trois de ses candidats aux postes de conseillères et conseillers municipaux; Brigitte Bergeron (district 10), Marc Bouchard (district 11) et Michel Potvin (district 12).

Le 22 septembre 2017

C’est le lancement officiel de la campagne électorale! L’ERD propose un programme élaboré à la suite de consultations citoyennes.

Le 29 mai 2017

Présentation du programme électoral de l’ERD, qui a été adopté précédemment par les membres.

Le 30 mars 2017

Publication du livre blanc sur la gouvernance de Saguenay.

Le 14 novembre 2015

Josée Néron devient le nouveau chef de l’Équipe du renouveau démocratique à l’occasion de son assemblée d’investiture qui rassemble une centaine de membres du parti. 

Le 6 juillet 2015

Jugement de l’honorable Pierre C. Bellavance donnant raison à l’ERD et lui permettant de maintenir son cabinet d’opposition jusqu’à la fin de mandat électoral.

Le 17 décembre 2014

Aurélien Leclerc succède à Paul Grimard et devient ainsi le chef intérimaire de l’Équipe du Renouveau Démocratique.

Le 27 novembre 2014

Le chef de l’ERD, Paul Grimard, démissionne. Il dit avoir atteint ses objectifs.

Novembre 2013

Josée Néron devient conseillère désignée du parti au conseil municipal de la Ville de Saguenay

Le 3 novembre 2013

L’ERD récolte plus de 37% des voix lors de la campagne électorale de 2013. Deux candidates sont élues conseillères municipales, soient Christine Boivin dans le district 1, et Josée Néron, dans le district 14. 

Le 14 avril 2013

Plus de 250 personnes se déplacent afin d’assister à l’investiture de Paul Grimard, nommé chef du parti en vue des élections de novembre et succède ainsi à Léonard Gagnon. Au cours des mois qui suivirent, l’ERD constitue une équipe de 18 personnes qui se portent candidates et candidats dans les districts électoraux de Ville de Saguenay. 

Le 21 avril 2012

L’ERD tient sa première assemblée annuelle. Cette assemblée permet aux membres de nommer trois nouveaux administrateurs. Ainsi, en mai 2012, l’ERD possède la structure et l’organisation nécessaires pour accueillir tout candidat à titre de nouveau chef de parti et de conseiller dans un district électoral de Saguenay. L’ERD tient par la suite deux colloques pour développer son programme, qui est adopté en février 2013.

Le 5 novembre 2011

L’équipe fondatrice tient une assemblée d’ouverture du parti. À cette occasion, les membres nomment le premier conseil d’administration qui remplace le comité fondateur. Les statuts et règlements ainsi que l’orientation du parti sont également approuvés par les membres présents.

Le 12 juillet 2011

L’ERD est reconnu légalement comme parti politique auprès du Directeur général des élections du Québec (DGEQ). Pour être autorisée à titre de parti politique, l’Équipe devait, entre autres, recueillir la signature d’au moins 100 membres fondateurs dont la qualité d’électeurs devait être reconnue par le DGEQ.

Dans un souci de transparence auprès de ses membres, l’ERD a, par la suite, procédé à l’enregistrement du parti à titre d’OBNL auprès du registraire des entreprises du Québec. Pendant cette période d’attente, l’équipe a focalisé ses efforts pour développer l’orientation du parti en matière de gouvernance de la ville et pour établir les bases de ses statuts et règlements internes.

En novembre 2010

Des citoyens de Saguenay se réunissent et créent un comité politique. Le but : proposer à l’ensemble des citoyens une alternative pour la gouvernance de la ville. Ce comité deviendra par la suite l’Équipe du Renouveau démocratique (ERD). Le 5 novembre 2011, l’ERD tenait son assemblée d’ouverture, adoptait ses statuts et règlements et formait les principaux comités. Léonard Gagnon en devenait le chef et Jacques Pelletier le président.